Le fait social inattendu

Puisque la certitude n’est que l’illusion du contrôle, lorsqu’il y a situation d’incertitude, nous pourrions suggérer que le « social » n’a pas joué son rôle, qu’il y a eu déficience anticipatoire, que les attitudes débordent même ce qui est connu et reconnu comme déviance, ou encore que les événements et phénomènes qui occurrent n’ont pas (encore) leur place dans ce que l’on nomme parfois trop rapidement le système des représentations.

Si l’incertitude peut ainsi être qualifiée de fondamentalement sociale, même si son lieu d’expression est individuel, elle est aussi moins ce que nous ne connaissions pas que ce que nous ne pouvions pas connaître. La situation d’incertitude constitue alors une composante de ce qui est suggéré d’être appelé le fait social de l’inattendu, et par extension le fait social inattendu.

L’étude de l’incapacité anticipatoire situationnelle, l’analyse des processus et logiques qui la réduisent et même l’éliminent pour ramener les individus à des logiques où les faits sociaux inattendus redeviennent de simples faits sociaux, nous permet de mieux saisir les logiques des hiérarchies de valeurs à l’oeuvre.